Partagez | 
 

 sans pudeur, ni retenue, raconte moi tes secrets ⊰ jeanne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Féminin
parchemins : 211
pseudonyme : silverwing


Pensine
✤ PATRONUS : une colombe
✤ EPOUVANTARD : le vide de la solitude
✤ RELATIONS :

MessageSujet: sans pudeur, ni retenue, raconte moi tes secrets ⊰ jeanne   Ven 23 Déc - 22:52



Le soleil illuminait l'étendue d'herbe qui séparait les annexes de l'enceinte principale de l'école. Marchant sur le chemin en pierres qui divisait cette étendue en deux, Mélusine comptait ses pas pour savoir combien il y en avait pour se rendre à la serre botanique. Presque arrivée à une cinquantaine, elle releva la tête, fixa le ciel bleu un instant, remarqua un groupement d'oiseaux volant de concert, et perdit son compte aussi aisément qu'elle perdait l'attention en cours d'histoire de la magie. Un sentiment de défaite mêlé à de l'agacement gronda en elle, et la jeune fille se mit à bouder, relevant le col en fourrure de son manteau d'un air renfrogné, tout en continuant à avancer, d'un pas léger, enfantin et délicat à la fois.
Le soleil avait beau briller dans le ciel, un froid sec régnait sur Poudlard, faisant jurer les élèves sur cette période hivernale difficile à supporter. Mélusine, elle, s'en fichait bien - cela lui permettait de sortir ses plus beaux manteaux, dont celui qu'elle portait aujourd'hui, d'un tissu beige chaud et présentable à la fois, doublé d'une fourrure de renard des plus douces au toucher. Agrémenté à sa toque en laine bouillie, elle ne sentait presque pas le froid et se réjouissait de voir, l'hiver venant, les plaines se couvrir d'un manteau blanc. Malheureusement, son vœu n'avait pas été exhaussé cette année - pour le moment.
S'ennuyant alors qu'elle avait cessé de compter ses pas, la jeune fille tournoya sur elle-même, exerçant quelques pas de danse au milieu du chemin, avant que son regard ne dévie vers le terrain de quidditch. Elle distingua une troupe de première année, quelques mètres devant elle, se rendant à leur cours. Si seul les hommes pourraient, par la suite, participer aux championnats, rien n'empêchait les jeunes filles courageuses de se risquer à ce jeu. Mélusine avait toujours trouvé très amusant de monter sur un balais, cependant l'instruction du quidditch ne lui manquait pas spécialement. Elle connaissait les règles bien avant de se rendre à Poudlard, et la première année lui avait suffit pour parfaire ses connaissances - et puis il y avait tant d'autres activités à essayer dans une vie, comme dresser un hippogriffe ou faire un élevage de papillons.
Son regard se balada autour d'elle. La jeune fille était en avance pour le cours de la dernière période, ayant abandonné ses camarades afin d'effectuer un détour par sa chambre afin de récupérer sa toque. Eux avaient certainement dû s'égarer en chemin - de toute façon, leur professeur de botanique était toujours en retard. Personne, donc, de deuxième année, trainait dans les parages, cependant elle apperçu du coin de l’œil, en regardant derrière elle, cette élève de première année qu'elle avait rencontré au début de la semaine. Son regard s'illuminant soudainement alors qu'elle avait trouvé son occupation du moment, elle fit demi-tour pour se rendre aux devants de Jeanne. La jeune fille, qui avait à peu près son âge - Mélusine ne savait pas vraiment puisque c'était impoli de demander cela -, l'avait marqué par sa douceur et la blonde s'était mise en tête de rendre son arrivé à Poudlard plus facile. Après tout, en cette période de l'année les nouveaux se faisaient rare, les groupes de camarades s'étant déjà formés, la solitude patientait au tournant comme un ogre affamé. L'attrait qu'avait Mélusine pour tout ce qui sortait de l'ordinaire renforçait la curiosité qu'elle avait à propos de Jeanne. Personne ne savait rien de la jeune fille, même si elle avait entendu certaines personnes de gryffondor dire qu'elle venait des cornouailles - mais Mélusine se méfiait des rumeurs. Tant de secret n'était pas possible, et l'envie d'en savoir plus tiraillait les entrailles de la blonde. "Jeanne !" s'exclama-t-elle d'une façon quelque peu théâtrale alors qu'elle était à quelques mètres d'elle et que la gryffondor l'avait déjà aperçue depuis bien longtemps. Elle hâta le pas, faisant même un petit bond alors qu'elle arrivait près d'elle, et lui attrapa le bras avec douceur, tout en décrochant un sourire sincère et chaleureux à la fois. Elle était en effet ravie de voir Jeanne - bien qu'elles ne se connaissaient à peine -, et encore plus ravie de ne pas devoir faire le chemin seule. "Tu te rends à ton cours de quiddtich, c'est ça ?" demanda-t-elle, prenant le bras de cette dernière sous le sien et commençant déjà à marcher en cette direction. "C'est ton premier cours ! Tu verras, c'est un jeu des plus amusants. As-tu déjà assisté à un championnat de quiddtich ?" continua-t-elle sans même laisser une chance de répondre à la pauvre jeune fille assommée par le tourbillon Mélusine. Elle se mordit la lèvre inférieure un instant, le regard posé sur le visage de Jeanne avec bienveillance. Certains étaient gênés par le caractère avenant de Mélusine, son père notamment, qui lui avait toujours reproché de ne pas garder ses distances avec les gens qu'elle rencontrait, mais c'était la nature de la jeune fille et jamais elle n'avait essayé de combattre son fort intérieur. Ainsi, tout étranger était pour elle une personne emplie de secrets qu'elle se devait de sonder, de trésors qu'elle se devait déterrer. Jeanne était tout particulièrement à ses yeux un trésor particulier puisque certainement la dernière élève à arriver à Poudlard cette année - tous les autres, Mélusine les connaissait et aurait pu citer le nom de chacun d'entre eux, ainsi qu'une bribe de leur histoire.
"Mais, Jeanne, tu ne m'as jamais dit..." commença-t-elle, faisant fi du fait qu'elles ne s'étaient rencontrées il y a peu, et s'étaient peut-être croisées deux fois dans les couloirs depuis. "... Tu viens d'une famille de sorciers ? Je veux dire, ils t'ont déjà donné un enseignement, un socle de connaissances ? J'ai été surprise en arrivant ici de rencontrer des sorciers qui ne savaient même pas ce qu'était une baguette, dis toi ! Du coup, je pose la question, comme ça, j'évite de leur parler de choses incompréhensibles pour eux par la suite." enchaîna-t-elle avec son franc parler habituel. Oh, non, Mélusine n'avait aucun sens du tact, ni même de la décence ou de la retenue. Cela faisait son charme, et si certains l'appréciaient comme elle était, il arrivait à d'autres de la juger d'enfant niaise. Ses parents en étaient l'exemple, et la décision de l'envoyer à Poudlard était venue avec l'envie de la voir se responsabiliser. Ainsi confrontée aux réalités du monde, ils espéraient qu'elle cesserait de faire l'enfant. Cela avait, pour l'instant, été un fiasco des plus total, Mélusine ayant conservé la même attitude désinvolte, et dans ses yeux scintillait toujours cette touche d'espièglerie, comme en cet instant alors qu'elle regardait Jeanne d'un regard curieux.


_________________

well you can bump and grind if it's good for your mind, well you can twist and shout, let it all hang out... but you won't fool the children of the revolution.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

sans pudeur, ni retenue, raconte moi tes secrets ⊰ jeanne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LET SLEEPING DRAGONS LIE :: I WRITE SINS NOT TRAGEDIES :: hogwarts :: castle park :: quidditch pitch-