Partagez | 
 

 Visible only to those who know where to look

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Féminin
parchemins : 2123
pseudonyme : Jaune.


Pensine
✤ PATRONUS : le blaireau
✤ EPOUVANTARD : une potence
✤ RELATIONS :

MessageSujet: Visible only to those who know where to look   Dim 11 Déc - 20:06


❝ And that she left behind small traces of her time on Earth, visible only to those who know where to look. ❞


Helga était en train de marcher avec une précaution infinie, tâchant de ne pas salir sa robe plus qu’elle ne l’était déjà lorsqu’elle entendit le craquement caractéristique d’une branche sur laquelle on marchait. Elle se figea et jeta un regard autour d’elle. Ses yeux se firent perçants afin de percer l’obscurité ambiante mais elle ne perçut rien autour d’elle. Si ce n’était les pépiements des oiseaux, le silence était complet. Elle demeura cependant sur ses gardes, ne sachant que trop bien combien la Forêt Interdite était dangereuse même pour elle qui servait de contact entre sorciers et créatures magiques. Ils n’étaient pas les bienvenus dans ces bois. Elle resserra l’étreinte sur le panier qui comportait du géranium dentu pour assurer son prochain cours de botanique avec les troisièmes années. C’est volontairement qu’elle ne porta pas la main près de sa baguette magique qu’elle conservait néanmoins proche d’elle. Quel que soit l’être vivant le plus proche, il considèrerait le fait de sortir sa baguette comme une attaque et n’hésiterait pas à amorcer une confrontation qu’Helga ne cherchait pas. Elle reprit sa marche mais dû s’arrêter de nouveau lorsque soudain un centaure se dressa devant elle de toute sa hauteur et de sa superbe. La sorcière n’en fut pas impressionnée pour autant et après un léger sursaut dû à l’effet de surprise, elle se reprit et lui adressa une révérence respectueuse à laquelle il répondit.

« Vous ne devriez pas être ici, milady. » « J’en ai conscience, Sir Locklyn. Je ne faisais que recueillir quelques géraniums dentus pour mes élèves. » « Les bois sont dangereux … » « Et ne nous appartiennent pas. Veuillez m’excuser. » Le centaure lui adressa un sourire entendu. Locklyn était également l’émissaire de sa race après tout et certainement le plus au fait des relations entre les différentes espèces. « Laissez moi vous raccompagner jusqu’à l’orée. » Plutôt qu’une invitation, il s’agissait d’un ordre. Elle en avait parfaitement conscience et il savait pertinemment qu’elle savait. « Je vous en remercie. » C’était tout autant pour assurer la protection d’Helga contre d’attaques d’autres habitants des lieux que de s’assurer qu’elle quitte ces mêmes lieux. « Oh, et une dernière chose, Lady Hufflepuff. » Ils étaient parvenus à l’orée de la forêt et alors que la sorcière pénétrait dans le soleil automnal, presque hivernal, elle se retourna vers son interlocuteur qui demeurait dans l’obscurité dangereuse de la forêt. « Faites attention à vos élèves. Ne les laissez pas pénétrer notre territoire sans notre autorisation. Il en est de même pour vos pairs. » La jeune femme fronça les sourcils et hocha négativement la tête, ne comprenant pas de quoi il souhaitait parler mais avant qu’elle ne puisse exprimer sa pensée, il avait déjà disparu. Poussant un soupir, elle se rapprocha alors de son école.

C’est en chemin qu’elle perçut une silhouette allant et venant dans le parc avant de finalement s’asseoir sur l’un des quelques bancs mis à la disposition des élèves et qui ne manquaient pas de les investir dès que le beau temps revenait. L’expression ‘beau temps’ était toutefois relative dans ces contrées. En se rapprochant, elle parvint à identifier la jeune élève et un léger sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle se posait face à elle. « Bonjour Aideen. Je ne te dérange pas ? » Elle ne la connaissait que peu n’étant pas dans sa maison mais elle avait entendu les conversations agitées entre Godric et Salazar à son sujet. Ce dernier était encore clairement affecté par le refus de la jeune fille de rejoindre les rangs de sa maison. Helga pouvait comprendre le sentiment qui l’avait envahi. Son oncle était doté d’une fierté à toute épreuve et n’acceptait pas qu’on lui refuse quoi que ce soit. C’était visiblement un trait de famille au vu des propos qu’elle avait pu entendre au sujet d’Aideen. Elle lui adressa un léger sourire avant de porter son regard sur le château et de laisser le silence s’installer de manière consciente et volontaire. Aideen était en dernière année, du moins, sur le papier Dieu seul savait s’ils allaient délivrer leurs élèves un jour de leurs sempiternels cours, et Helga regrettait de ne pas la connaître davantage. Le fait qu’elle soit affiliée à Salazar et qu’elle bénéficie d’une solide réputation devaient jouer également. « As-tu entendu parler de la part de tes camarades une quelconque excursion au sein de la Forêt Interdite à tout hasard ? » Elle continuait de s'inquiéter des paroles de Locklyn.

_________________

you are something in my eye and I am the shiver down your spine. you are on the lick of my lips and I am on the tip of your tongue. we are tangled, we are stolen, we are buried up to our necks in sand. we are luck, we are fate, we are the feeling you get in the golden state. we are love, we are hate, we are the feeling I get when you walk away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Féminin
parchemins : 354
pseudonyme : corpseheart.


Pensine
✤ PATRONUS : bobcat.
✤ EPOUVANTARD : deep darkness.
✤ RELATIONS :

MessageSujet: Re: Visible only to those who know where to look   Jeu 15 Déc - 2:14



"When the wind picked up the fire spread
And the grapevines seemed left for dead.
And the northern sky, like the end of day."

Ses amies parlaient beaucoup trop. Pour la première fois de son existence, Aideen prenait du recul sur la situation et se rendait compte à quel point leurs babillages incessants étaient désagréables. Si d’ordinaire elle se trouvait au centre des conversations, elle était la première à ragoter sur telle ou telle personne, ce jour-là était différent. Quelque chose planait dans l’air, qui distrayait l’attention de la jeune femme et l’empêchait d’apprécier pleinement cette marche entre filles à travers le château. Franchir les immenses portes de bois menant dans le parc de l’école et recevoir au passage la brise glaciale de l’hiver ne transformèrent pas l’état d’esprit de la jeune femme qui s’écarta du petit groupe rouge et or, qui se retourna dès lors sur elle comme un seul homme – ou, en l’occurrence, comme une seule femme. « Où t’enfuis-tu donc ? » Aideen releva la tête vers elles, comme si elle réalisait leur présence seulement maintenant. Elle ouvrit la bouche pour leur répondre mais l’une de ses camarades reprit de plus belle, lui tirant au passage une grimace frustrée. Elle détestait être interrompue. « L’entraînement des garçons ne va pas tarder à commencer, tu ne voudrais pas rater cela, si ? » La jeune Broderick releva haut la tête avec un sourire faux. « Partez devant, je vous rejoindrai plus tard, » glissa-t-elle d’une voix qui ne souffrait pas la discussion. Ses amies le comprirent rapidement puisqu’aucune ne commenta sa décision. En dépit du respect qu’elles lui portaient, Aideen avait conscience qu’elle la trouvait étrange, avec ses cauchemars et son caractère lunatique ; elles étaient toutefois suffisamment polies et éduquées pour ne pas lui en faire de remarques directes. C’était bien tout ce que la sorcière demandait d’elles. Elle ne pouvait se permettre des relations conflictuelles avec ces demoiselles qui partageaient son quotidien bien plus que sa propre meilleure amie. Ce qui n’était pas chose aisée, le tempérament de l’héritière Broderick étant ce qu’il était.

Aideen les regarda s’éloigner, leurs bavardages futiles reprenant de plus bel, avant de tourner les talons à son tour et de se diriger vers un coin plus calme du parc, à l’orée de la Forêt Interdite. Ses yeux se perdirent sur la surface obscure des bois et un frisson lui parcourut l’échine. Elle n’appréciait guère cet endroit, non seulement pour sa réputation et les êtres qu’il renfermait, mais également à cause des nombreuses visions qu’elle en avait eues en rêve, et qui n’étaient jamais de bon augure. Elle n’avait jamais posé un pied au-delà de la frontière invisible qui séparait l’école du territoire des créatures magiques, pourtant elle aurait pu s’y promener sans se perdre. Ce qu’elle n’aurait bien évidemment jamais entrepris. Elle méprisait tout ce qui possédait plus de quatre pattes et ne ressentait aucune empathie particulière à l’encontre des créations de Mère Nature, elle se sentait très bien là où elle se trouvait. Loin de tout danger. Mais pas suffisamment loin de tout dérangement. La jeune Gryffondor n’avait pas pris place sur l’un des bancs libres depuis deux minutes qu’une voix la surprit dans sa contemplation de l’herbe qui s’étendait sous ses pieds. Elle leva les yeux pour mettre un visage sur cette voix qu’elle avait déjà eu l’occasion d’entendre maintes et maintes fois mais qu’elle avait malgré tout du mal à reconnaître. Helga Hufflepuff en personne. Sans ciller, elle secoua négativement la tête en réponse à sa première question. Quand bien même l’aurait-elle dérangée, il n’était pas de bon ton de lui exposer clairement ce fait. Il s’agissait d’une directrice, et ce en dépit de son jeune âge et de son visage poupin qui l’aurait aisément faite passer pour une élève de l’école.

Elle plissa les yeux suite à sa dernière interrogation, ne sachant comment interpréter un tel questionnement. Aideen avait-elle la tête d’une personne qui passerait outre le règlement ? Ou pire, possédait-elle les traits lâches de quelqu’un qui raconterait les plans de ses camarades ? A nouveau, elle secoua la tête en signe de dénégation.
« Je sais simplement que les Gryffondors sont très respectueux du règlement, Madame, et qu'ils savent tous que cette partie du château porte ce nom pour une bonne raison. Vous devriez plutôt vous adresser à un vert et argent. » Jamais une occasion n’était de trop pour s’attaquer, directement ou non, à la maison de son cousin. Elle savait Helga proche de ce dernier mais cela ne l’arrêtait pas. Bien au contraire. Elle reporta son regard émeraude sur la forêt au centre de leur discussion et arqua un sourcil. « Qui pourrait bien éprouver l’envie de se perdre volontairement là-dedans ? » se demanda-t-elle à voix haute, sur un ton beaucoup plus doux que précédemment, comme si elle se rendait compte qu’elle ne montrait pas à son interlocutrice le respect qu’elle lui devait. Ce n’était pas volontaire de sa part, elle était simplement comme ça avec tout le monde. Principalement la gent féminine. Allez savoir pourquoi.

_________________

    Leave it unspoken.
    things will never changeand our hearts will always separateforget about youI'll forget about you the things we never sayare better often left aloneforget about youI'll forget about this time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Visible only to those who know where to look

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Entrée visible et invisible des Ruines Alpha
» Bebe ? « L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible. »
» mise a jour de la beta test
» Petit tutorial pour Gimp
» Les Portes de la Moria
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LET SLEEPING DRAGONS LIE :: I WRITE SINS NOT TRAGEDIES :: forbidden forest-